vendredi 4 septembre 2009

 

De pire en pire...




En 2006, j'ai appris deux choses: d'abord, j'avais une tumeur au sein (qui s'est avérée après intervention tout à fait bégnine), ensuite que face à la c......e de l'administration ON NE GAGNE JAMAIS!
(peut-être certains de mes amis bloggeurs s'en souviennent, on a été trois familles à protester à cause de la fermeture d'un jardin d'enfants; à la DDASS, on ne voulait même plus me prendre au téléphone...)
Quand vous additionnez ça avec le fait que, à cette époque, nous savions depuis 5 ans que Gabrielle était condamnée, que son autonomie s'effilochait de jour en jour, qu'est-ce que vous obtenez?
Eh bien, DES ATTAQUES DE PANIQUE!
Kekseksa?
Eh bien, d'un seul coup d'un seul, alors que vous suivez votre train-train quotidien, vous êtes pris d'une sensation horrible, comme si vous alliez mourir sur place. Vous avez l'impression de ne plus respirer, que votre coeur vous lâche, que vous êtes prisonnier à l'intérieur même de votre corps. Après la crise (qui peut être longue), la décharge d'adrénaline a été telle que vous êtes lessivé et courez aux toilettes.
La première fois que ça m'est arrivé, j'étais , en fait, à l'hôpital avec Tom pour un contrôle de sa gorge; en effet, il avait eu un accident avec les JSP et avait manqué d'êre étranglé en pleine course par une corde tendue (autre facteur de stress)
Passons sur le fait que, malgré la présence de médecins et d'infirmières, la seule qui se soit occupée de moi soit une secrétaire...(je rappelle que je pensais faire un infarctus...)
Bref, après plusieurs crises de ce genre, une de mes amies infirmière m'a persuadé de consulter un psy à l'hôpital: c'était une bonne idée.
Après m'avoir fait tous les examens physiologiques (coeur, etc..), ce Dr m'a interrogée très précisemment sur mes symptômes, ma vie, et tutti quanti...
Et là, diagnostic : attaques de panique.
Je ne savais même pas que ça existait.
Donc, il m'a dirigée chez un confrère psy comportementaliste. Le but: savoir gérer les crises.
Et c'est pourquoi je rame depuis, car, même si il y a eu un léger mieux à une époque, depuis le décès de Gaby, ça a repris de plus belle. (Tu parles que je gère!)
Une horreur, dont j'ai encore fait les frais en allant chercher Lulu au lycée ce soir.
Une crise en voiture, l'horreur. Et dangereux, en plus.
Je peux faire ces crises n'importe où, mais surtout en endroit clos (magasins, embouiteillages, ligotée sur le fauteuil du dentiste...)
Comme dit le psy, mon organisme est complètement bousillé par trop de stress depuis trop longtemps.
Il dit aussi que je dois faire mon deuil, propos qui m'ont mis dans une colère noire :JE NE FERAI JA-MAIS MON DEUIL!!!!!!
En attendant, je suis bien embêtée, je ne sais jamais QUAND ça va me tomber dessus, et après, j'ai l'impression d'être une loque. Et le peu de médicaments qu'on m'a donné n'a pas l'air d'y faire grand chose.

Libellés : ,


Comments:
Simonne, j'espere que ces attaques vont bientot te laisser tranquille !! En attendant, tu as penser a prendre du magnesium pour le stress et peut-etre faire du yoga ou de la meditation ? Je t'embrasse bien fort.
 
Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Locations of visitors to this page
View My Stats