jeudi 13 mai 2010

 

Ma petite chérie me manque...


tellement, oh tellement....

Voilà 15 mois qu'elle est "partie" (quel euphémisme, ELLE EST MORTE), on a donc passé le cap des 1 an, alors, pour certaines personnes, même proches, continuer à pleurer, c'est inimaginable!!!!!!!!!

Parfois, je me demande si, dans ma vie, la seule personne qui ne m'ait jamais aimé, ce n'était pas elle, ma petite Gabrielle.

Elle, elle ne me demandait rien, même si je devais tout lui faire. Elle me disait, dans son langage, qu'elle m'aimait. Elle avait confiance en moi, alors que je lui ai fait subir des horreurs d'examens médicaux (avec le recul, j'aurais du m'abstenir, je l'ai faite souffrir pour RIEN), elle me mettait ses petits bras autour du cou...

POURQUOI, oui, pourquoi, je devrais "tourner la page", pourquoi je devrais faire semblant que la vie a repris un cours normal ?
Et pourquoi certaines personnes, qui ne m'ont jamais soutenu AVANT, ont fait semblanrtpendant un an de me plaindre, et me casse les pieds maintenant ?

Libellés : , ,


dimanche 18 octobre 2009

 

Deux semaines éprouvantes



D'abord, le 5, la dictée ELA, avec Emmeline Ndongue à l'école primaire, et Guillaume Ledoux (des "Blankass") au collège. A droite, la vieille décrépite qui écrit, c'est moi....










Ensuite, ce samedi, le concours de boules "en souvenir de Gabrielle.
Sans compter l'interview de France 3 Centre en direct, ou je faisais "heu, heu...

Bref, je n'arrête pas de pleurer.
je ne sais pas si je vais pouvoir tenir longtemps...

mardi 8 septembre 2009

 

Un peu de pommade ne fait de mal à personne...




...surtout quand c'est à soi-même!
Voilà longtemps que je souhaitais faire ce pull (à gauche, le devant, à droite le dos), qui est entièrement tricoté SANS COUTURE mesdames et messieurs!!!
C'est donc chose faite, le défi a été moins ardu que prévu (beaucoup de calculs avant, mais après ça a roulé tout seul)
LE PLUS GRAND DES DEFIS DESORMAIS va être de le faire porter par celui pour qui je l'ai fait, soit mon fiston de 17 ans.
S'il est comme sa soeur, je risque d'entendre: "non mais tu rigoles, tu me vois porter un truc fait main au lycée?"
C'est sûr, la honte ultime...

vendredi 4 septembre 2009

 

De pire en pire...




En 2006, j'ai appris deux choses: d'abord, j'avais une tumeur au sein (qui s'est avérée après intervention tout à fait bégnine), ensuite que face à la c......e de l'administration ON NE GAGNE JAMAIS!
(peut-être certains de mes amis bloggeurs s'en souviennent, on a été trois familles à protester à cause de la fermeture d'un jardin d'enfants; à la DDASS, on ne voulait même plus me prendre au téléphone...)
Quand vous additionnez ça avec le fait que, à cette époque, nous savions depuis 5 ans que Gabrielle était condamnée, que son autonomie s'effilochait de jour en jour, qu'est-ce que vous obtenez?
Eh bien, DES ATTAQUES DE PANIQUE!
Kekseksa?
Eh bien, d'un seul coup d'un seul, alors que vous suivez votre train-train quotidien, vous êtes pris d'une sensation horrible, comme si vous alliez mourir sur place. Vous avez l'impression de ne plus respirer, que votre coeur vous lâche, que vous êtes prisonnier à l'intérieur même de votre corps. Après la crise (qui peut être longue), la décharge d'adrénaline a été telle que vous êtes lessivé et courez aux toilettes.
La première fois que ça m'est arrivé, j'étais , en fait, à l'hôpital avec Tom pour un contrôle de sa gorge; en effet, il avait eu un accident avec les JSP et avait manqué d'êre étranglé en pleine course par une corde tendue (autre facteur de stress)
Passons sur le fait que, malgré la présence de médecins et d'infirmières, la seule qui se soit occupée de moi soit une secrétaire...(je rappelle que je pensais faire un infarctus...)
Bref, après plusieurs crises de ce genre, une de mes amies infirmière m'a persuadé de consulter un psy à l'hôpital: c'était une bonne idée.
Après m'avoir fait tous les examens physiologiques (coeur, etc..), ce Dr m'a interrogée très précisemment sur mes symptômes, ma vie, et tutti quanti...
Et là, diagnostic : attaques de panique.
Je ne savais même pas que ça existait.
Donc, il m'a dirigée chez un confrère psy comportementaliste. Le but: savoir gérer les crises.
Et c'est pourquoi je rame depuis, car, même si il y a eu un léger mieux à une époque, depuis le décès de Gaby, ça a repris de plus belle. (Tu parles que je gère!)
Une horreur, dont j'ai encore fait les frais en allant chercher Lulu au lycée ce soir.
Une crise en voiture, l'horreur. Et dangereux, en plus.
Je peux faire ces crises n'importe où, mais surtout en endroit clos (magasins, embouiteillages, ligotée sur le fauteuil du dentiste...)
Comme dit le psy, mon organisme est complètement bousillé par trop de stress depuis trop longtemps.
Il dit aussi que je dois faire mon deuil, propos qui m'ont mis dans une colère noire :JE NE FERAI JA-MAIS MON DEUIL!!!!!!
En attendant, je suis bien embêtée, je ne sais jamais QUAND ça va me tomber dessus, et après, j'ai l'impression d'être une loque. Et le peu de médicaments qu'on m'a donné n'a pas l'air d'y faire grand chose.

Libellés : ,


mercredi 2 septembre 2009

 

Dictionnaire pour les nuls 2


grâce à François je sais que ce dictionnaire existe :
http://fr.wikipedia.org/wiki/RSS_(format)
On a déjà des infos sur le RSS (c'est un peu compliqué, mais j'ai compris, je crois, le fond)

dimanche 30 août 2009

 

Un dictionnaire pour les nuls!


Au nom de tous les nuls en informatiques qui veulent, comme moi, paraître dans le coup en bloguant, en "facebookant" etc..., je réclame UN DICTIONNAIRE!

En effet, plein de termes nous échappent, à nous pauvres nuls.

Exemple: c'est quoi, un flux RSS ? Un poke? Comment on "podcaste"? Que veut dire "mdr" (bon, ça, ma fille m'a expliqué)?

J'en passe et des "downloads-uploads" meilleurs...

Je ne parle même pas de la "bloutouffe" (c'est ce que j'avais compris la première fois que j'ai entendu bluetooth), bon, certes, là, j'ai une vague idée, mais bon sang, tous les jours ça se complique!
Tiens, je vais demander aux deux pros (mes enfants) de faire un dictionnaire exclusif à l'usage de leurs parents ! Ils vont bien se marrer; nous aussi, je pense, quand ion comptera le nombre de fautes d'orthographe: ça sera notre petite vengeance à nous, hi, hi, hi....

mercredi 26 août 2009

 

Pénible journée...

Hier, c'était ce qu'on appelle une journée "sans".

Déjà, la nuit, cauchemar; enfin plutôt rêve angoissant (concernant Gaby, "of course")
D'où mauvais réveil.

Puis, Rdv chez le Psy (eh oui, je suis un peu foldingue..) Là, pour un fois, il m'écoute pendant 40 mn au lieu des 5 habituelles, vu que je l'ai attaqué bille en tête.Il faut dire que la fois précédente, il m'avait dit qu'il fallait faire mon deuil.Pas apprécié la remarque...j'ai ressassé ça un mois, alors hier, boum.

Enfin, j'ai néanmoins craché un morceau difficile vis àvis du départ de Gaby.
Mais j'ai pleuré tout du long: résultat:un mal de tête carabiné.
D'où paracétamol dès mon arrivée au boulot.

Là, 7 HEURES DE CALME PLAT !!!!

A peine croyable. C'est sûrement parce que le cordonnier est en vacances, les gens ne poussent pas jusqu'au magasin, malgré les 75% de remise sur la laine !!!
Alors, j'ai tricoté en écoutant de la musique, et en pleurant (il faut avouer que les morceaux choisis ne prêtaient pas à l'allégresse).
A 17h30, j'avais les yeux tellement gonflés que la voiture a fait le trajet toute seule pour rentrer à la maison.

18h15: Rdv avec mon généraliste, car , Ô surprise, j'ai depuis peu des triglycérides !!
(les bienfaits de l'âge, probablement...)
3/4 d'heure d'attente...j'étais au bord de la fuite (ce sont les attaques de panique) quand ça a été mon tour.
Là, re-belote. Hormis les TG, on reparle de Gaby, qu'il a bien connue. A nouveau les grandes eaux.

Bref, à la fin de cette journée, j'étais au bord de la déshydratation, vu les flots déversés.


Il y a des jours où on ne devrait pas se lever....

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Locations of visitors to this page
View My Stats